Le Jardin Migrateur est le projet de FARA VOLOLONA, paysanne des Hautes-Terres de Madagascar, et de BORIS LELONG, anthropologue nourri de rencontres musicales entre l'Afrique, l'Asie et la France. 



Fara Vololona

faratree

Fara Vololona est une paysanne des Hauts-Plateaux de la grande île de Madagascar. Elle a grandi dans le hameau familial d'Antsangy, une dizaine de maisons en terre rouge au milieu des rizières et des jardins.

C'est là qu'elle appris les mille-et-un gestes de l'agriculture paysanne, se consacrant à la culture du riz, du café, des arachides, des pommes de terre, d'une multitude de légumes et de fruits, auxquels il faut ajouter l'élevage des zébus, des canards, des poules...

Fara vit à présent en France, où elle cultive un potager créatif et expérimente diverses transformations de ses produits. Elle s'est formé aux techniques du paysagisme et accompagne à présent les collectifs engagés dans l'agriculture urbaine.

Enfin, elle a reçu en héritage ce précieux savoir-vivre-ensemble que les malgaches appellent fihavanana, un esprit d'entraide, de bienveillance et de soin mutuel qui apporte force collective et douceur de vivre à la communauté villageoise...


De la graine à l'assiette
Le jardin de Fara
Paysanne : le film




Boris Lelong

borisarbre

Anthropologue diplômé de l'EHESS, Boris Lelong a vécu au sein de cultures extrêmement diverses, en Afrique, en Asie et en France.

Croisant anthropologie et projets créatifs, il a mené avec des collectivités de dimensions variées, du village à la grande ville, une série d’initiatives innovantes de recherche et d’action culturelle.

Au fil de ses multiples projets, il construit une réflexion sur l'homme, la société et l'environnement. Les communautés paysannes chez qui il séjourne sont pour lui une inépuisable source d'inspiration par leur savoir-faire social et écologique. Ses travaux musicaux consacrés à ces artistes paysans du bout du monde ont été acclamés par Télérama, Les Inrockuptibles, Mondomix, et récompensés par l'Académie Charles Cros.

Il a produit deux mémoires de recherche en anthropologie de la mondialisation à l'EHESS, et partage ces réflexions depuis des années comme conférencier, s'exprimant dans des lieux divers, du Musée du Quai Branly à la bibliothèque de quartier... Il intervient également auprès d'agents de collectivités comme formateur, mettant les savoirs de l'anthropologie au service du travail social.


Site officiel
Le projet Altamira
Conférence et formation




Écologie paysanne

BattageEnfants

Boris l'observe depuis vingt-cinq ans, et Fara en est un exemple vivant : être paysan, c'est avant tout un art de vivre ensemble, avec la terre comme avec les siens.

Dans les sociétés paysannes, que ce soit dans l'Himalaya ou dans les Andes, sur les rives du Mékong ou du Congo, en Bretagne ou à Madagascar, on ne cultive pas la terre sans cultiver la vie sociale : soin et entraide, fêtes et célébrations, les familles coopèrent au quotidien. Cette cohésion se nourrit d'une intense activité culturelle : musique, danse, contes, tissage, ces pratiques sont dans le monde entier au coeur de la vie villageoise.

Ce constat est le point de départ de la démarche du Jardin Migrateur : replacer l'activité humaine au coeur d'un paysage plus vaste, où le sens de la beauté se conjugue avec le soucis de l'équilibre avec les autres comme avec l'environnement.